Cartagena de indias / En coup de vent

Mur de Couleur à Cartagena en Colombie
Mur de Couleurs

Cartagena Colombie – Le 20 Juillet 2013

LE TEMPS DU VOYAGE

Cartagena de indias

Le temps s’étale ici. Le temps est extensible. La conception du temps fait partie intégrante du voyage, des pays que l’on traverse. Ici d’autant plus, en Colombie, sur la côte atlantique, face à la mer des Caraïbes.

Le voyageur pressé, le voyageur organisé, le voyageur cherchant des cadres rigides, sera désarçonné. Ya ! Ahora ! Ahorita ! En un rato ! Un ratito ! Un ratico ! Ici le temps passe comme chacun le veut bien, maintenant sera demain, hier peut être aujourd’hui, 5 minutes peuvent durer des heures. Les imprévus sont une routine du quotidien qui permet de rencontrer le temps hors-temps, celui qui mène si l’on veut bien s’y laisser prendre vers l’essence même du voyage, la surprise, la découverte, la contemplation, le partage.

Ce voyage, je le fais pour moi cette fois, pour retrouver mes amis, pour regoûter à ce continent, l’Amérique Latine, dont je suis tombé amoureux dès mon premier voyage là-bas. C’était lors d’une tournée au Venezuela que j’effectuais dans le cadre de mon travail.

LA CHALEUR

Quand c’est trop c’est Tropical

Mama Waldy Hostal, Cartagena Colombie
Mama Waldy Hostal (Photo A.Tremoulet)

Me voilà arrivé à Cartagena, une des villes les plus touristique de Colombie, annoncée comme la perle des caraïbes avec son architecture coloniale préservée. Il est tard en cette chaude nuit de Juillet. Mon premier soucis sera de retrouver Antoine et Rose, mes amis que je rejoins et que j’accompagnerai sur la fin de leur voyage autour du monde, ici en Colombie.

Je les retrouve à la Mama Waldy Hostal, une auberge de jeunesse dans le quartier populaire de Getsemani. Retrouvailles et bières fraîches auront raison de cette première soirée sous les tropiques.

Le voyageur, après avoir traversé les océans, après 24h dans les transports aériens, après avoir reculé sa montre de 6 heures dans le passé, veut dormir.

Chaleur à son maximum, moiteur à son paroxysme et ventilateurs salvateurs dans mon dortoir mixte partagé ce soir là avec des Chiliennes. La température ne descendra pas de la nuit. Bienvenue à la Caraïbe.

J’avais déjà goûté aux joies des tropiques que ce soit en Australie, en Asie ou au Venezuela. J’aime cette sensation. Ici la climatisation n’a pas encore envahi tous les espaces, comme à Hong Kong où le moindre m2 est climatisé provoquant des chocs de températures constant. Non, ici la chaleur s’assume, le pas se ralentit, et la recherche de l’ombre est un mode de déplacement. Et on se sent mieux, en phase avec le pays, les gens.

CARTAGENA DE INDIAS

L’histoire vous contemple

Cartagena Colombie

La première et seule journée à Cartagena s’écoulera au rythme de la recherche de l’ombre. Nous nous baladons dans le quartier historique magnifiquement préservé, entouré des remparts de l’ancienne citadelle rappelant que la ville était l’un des ports les plus important de l’empire colonial espagnol.

Dans leur désir d’expansion par la terreur, la traite des noirs et le pillage des richesses indigènes du continent, les espagnols ont fait de Cartagena un centre névralgique, plaque tournante du commerce, porte d’entrée de l’Amérique latine.

La richesse de la ville de Cartagena attirait forcément les convoitises. Pirates, corsaires ou différentes armées sont venus s’y frotter. Ici la mémoire de tout un continent vous contemple, Cartagena est indissociable de l’histoire de l’Amérique du sud, de sa colonisation à sa libération par Simon Bolivar.

VOIR LA BALADE 100% PHOTO

APPEL À LA FLÂNERIE

Cartagena caraïbe

vendeur de fruit à Cartagena Colombie
Vendeur de fruit

Cartagena accueille le visiteur de ses couleurs explosives sous un soleil omniprésent. Les fleurs débordent des vieux balcons en bois par grappes entières. Aux coins des rues, jus de fruits ou café sucré (ici appelé tinto) sont vendus aux passants et les vendeurs ambulants tentent de vous fourguer leurs chapeaux à bas prix.

Bien nécessaire dans mon cas, le chapeau n’est pas qu’un objet d’apparat, en plus de bien me protéger du soleil, il est un des artisanats colombiens les plus remarquables.

J’irai pour ma part me fournir dans une belle boutique spécialisée où le chapeau sera un peu plus cher mais dont la fabrication sera également d’une autre qualité. Me suivant partout, il deviendra mon fidèle compagnon mais par malheur je l’oublierai à Capurgana 15 jours plus tard…

Nous prenons le repas du midi à base de délicieux poisson grillé à La Mulata, restaurant hautement recommandable.

Puis nous partons pour la visite frissonnante du musée de l’Inquisition. Intéressante plongée dans l’une des époques les plus terrible du catholicisme espagnol où l’on se rend compte de la capacité d’invention de l’homme en matière d’horreur et de torture. Le petit plus sera surtout qu’il y fait frais et que cela peut donc être une activité à faire pour échapper à la chaleur de l’après midi.

VOIR PLUS DE PHOTOS DE LA COLOMBIE

LE VENT SE LÈVE SUR CARTAGENA

Mojito vs Aguardiente

Cafe del Mar, Cartagena Colombie
Cafe del Mar (Photo A.Tremoulet)

Nous mangerons le soir à la Cevicheria, qui, comme son nom l’indique, sert de délicieux Ceviches (les sushis latinos). La balade du soir sur les remparts de la citadelle nous mène tout droit au très touristique et légèrement guindé Mar del Plata. A ne conseiller que pour son cadre, les remparts, les canons, la vue sur la mer. Les boissons y sont hors de prix, notamment le mojito (qui soit dit en passant n’est pas du tout la boisson populaire ici).

La nuit est chaude, avec les amis nous profitons bien, le vent se lève. Premier orage tropical du voyage.

Nous rentrons tous nous protéger à l’intérieur du bar, première coupure d’électricité et donc premiers échange. Des Colombiens en vacances ici. Eux boivent de l’Aguardiente (la voilà la boisson nationale) et nous expliquent que ce qui est bien avec cette petite anisette c’est que ce n’est pas cher alors on peut en boire beaucoup !

Le lendemain c’est le deuxième départ.

Car la vraie destination, le vrai point de chute pour la première partie du voyage sera Capurgana. Capurgana c’est petit village à la frontière avec le Panama, dans la province du Choco, entre mer des caraïbes et Darien (immense forêt tropicale). Là-bas vit une partie de l’année notre vieille amie Victoria. Victoria va nous accueillir dans son auberge de jeunesse qu’elle a repris récemment : La Bohemia Hostal.

Ça vous a plus ?

N'hésitez pas à le dire en commentaires !

Pour le côté Colombie Pratique c’est par là.

9 Commentaires

Laisser un commentaire