La mystérieuse histoire des cités d’or ou le mythe de l’El Dorado

légende el dorado à la laguna guatavita en colombie

Laguna de Guatavita

« Le XVIe siècle. Des quatre coins de l’Europe, de gigantesques voiliers partent à la conquête du Nouveau Monde. À bord de ces navires, des hommes, avides de rêve, d’aventure et d’espace, à la recherche de fortune. Qui n’a jamais rêvé de ces mondes souterrains, de ces mers lointaines peuplées de légendes, ou d’une richesse soudaine qui se conquerrait au détour d’un chemin de la cordillère des Andes ? Qui n’a jamais souhaité voir le soleil souverain guider ses pas, au cœur du pays inca, vers la richesse et l’histoire des Mystérieuses Cités d’or ? »

Ainsi parlait Zarathustra.
MMMMmmm Non.
Ainsi parlait la voix off du générique du dessin animé de mon enfance « Les mystérieuses cités d’or ».

El dorado. Mythe d’un ailleurs encore plus vert que dans le jardin du voisin.

statue musical au village de guatavita en colombie

Cela commence il y a loin loin loin. En Colombie. Avant nous. Avant les autres. On y parlait Chibcha et on s’appelait les Muiscas, « les hommes ». On y tissait, on y sculptait, on y chantait, on y vénérait, on y cérémoniait… Communion avec les dieux, les ancêtres, la nature… offrandes, rituels, sacrifices, légendes… les Muiscas avaient sacralisé les lagunes perchées dans les montagnes autour de la Bogotá d’aujourd’hui.

Lors de grandes cérémonies exceptionnelles, où toutes les tribus Muiscas et d’autres tribus indigènes des pays voisins, se réunissaient autour de la lagune. Des offrandes multiples étaient jetées par les fonds, de l’or, des émeraudes, pour célébrer les dieux, appeler à une bonne moisson, faire se réaliser un voeu… Le chef de la tribu, le cacique, était enduit de poussière d’or pour aller féconder la lagune et ressortir lavé et purifié de son eau bienfaitrice.

Cette légende, de ces cérémonies où l’or coulait à foison, fit le tour de la terre pour revenir dans les oreilles des conquistadores de l’époque, et cela participa à la création du mythe de l’El Dorado et provoqua les invasions et les massacres que l’on sait. Pendant des décennies, les colons ont recherché cet El Dorado, ces « cités d’or » dont tout le monde parlé. Les indiens ont fait tout leur possible pour empêcher les colons de trouver ce qu’ils cherchaient, ils leur donnaient de fausses informations, les déroutés vers d’autres terres, tout cela non pour protéger leur supposé trésor, mais plutôt pour protéger leur site sacré, leur lagune.

Beaucoup de lagunes autour de Bogota était des lieux rituels sacrés des Muisca. Il y a une série de Depuis on raconte que c’est ici, à la Laguna de Guatavita qu’est né l’un des plus grands mythes de l’humanité.

lagune de guatavita où est né le mythe de l'el dorado en colombie
Laguna Guatavita

Il y aurait tant de choses atroces à raconter sur ce qu’il s’est passé ici à l’arrivée des conquistadores, l’entaille dans la lagune de Guatavita est suffisamment évocatrice pour imaginer jusqu’où les colons étaient prêt à aller pour vérifier si la légende était vraie… on tenta de vider complètement la lagune pour y déceler ses trésors, sans succès…

Alors parlons plutôt philosophie Muisca, celle qui est maintenant mise en avant lors d’une visite de la lagune de Guatavita, site protégé depuis peu.

Philosophie Muisca

L’EAU – Le guide de la vie qui danse dans l’univers, présente dans chacune de ses manifestations. Sur son chemin elle purifie l’âme et donne la fertilité à notre terre. Elle accompagne de son chant la réflexion qui naît du coeur. Rien n’est statique, tout se meut, change, mais l’essence des choses reste la même.

Laisses-tu les choses aller ou prétends-tu qu’elles restent toujours en un même lieu ?

LA TERRE – Corps de femme féconde. La terre est toujours prête à recueillir la semence et lui donner son énergie, pour qu’elle puisse croître sur son chemin vers la lumière du soleil. Corps sur lequel s’entretiennent les rêves. Mère nourricière, conseillère et sagesse de l’âme.

Comment es-tu avec ta mère ? Avec ton corps ?

LE FEU – La force de l’amour qui transforme la vie. C’est la lumière qui montre le chemin pour s’écarter des ténèbres des peurs que nous avons dans nos coeurs. Contrôler le feu de nos passions permet de rencontrer la paix de l’esprit et illumine le chemin pour ceux qui viennent après nous.

Avec ton feu tu te brûles ou tu te réchauffes ?

LE VENT – Souffle de vie. Tout va et vient, alors la pensée que nous projetons doit être emplie d’amour, pour recevoir la chaleur du chant et la guérison de la mère. Le messager de notre coeur, comme le colibri, va donne l’appel de la vie à chaque fleur que son vol fugace rencontre.

Quelle est la graine que tu partages quand tu rencontres quelqu’un sur ton chemin ?

légende d'en dorado à la laguna guatavita en colombie

légende d'en dorado à la laguna guatavita en colombie

légende d'en dorado à la laguna guatavita en colombie

6 Commentaires

  • Merci pour cette balade en terre muisca. Nous avons vu quelques vestiges de cette civilisation à Villa de leyva mais c’est toujours si compliqué de s’immerger dans un passé si lointain. Une bien jolie introduction !

    • Merci ! Tu as raison, et je n’avais pas envie de m’embarquer dans une histoire des natifs ou de la colonisation… Il y a tant à dire, ça viendra peut-être, au moins pour expliquer qu’il est important de comprendre qu’en Colombie avant l’arrivée des colons espagnols, il y avait une civilisation et une seule, les Chibchas, dont les différents groupes étaient dispersés sur toute la région du nord de l’Amérique du sud (Panama, Colombie, Venezuela, Equateur, Perou, Bresil…) Une et une seule !

  • SUPER BLOG …………MERCI
    Ma question : Comment aller à la laguna depuis Bogota SVP ?
    je cherche mais j’ai la sensation que c’est pas facile d’acces
    MERCI pour votre aide
    Cdlmt

    • Merci Eliane ! Pour aller à Guatavita en bus c’est très facile : il faut se rendre au Terminal del Norte en transmilenio, de là il faut trouver le bus qui va à Guatavita, n’ayez pas peur de demander, dès que vous allez dire « Guatavita » on va vous montrer la personne qui s’occupe de vendre les billets, n’ayez pas peur non plus il va vous demander de payer en avance (ils doivent remplir avant de partir), c’est normal mais il doit vous donner un ticket, il vous indiquera où attendre le bus puis il vous aidera à mettre vos bagages dans le bus. Le trajet dure environ 1h30/2h, lorsque vous arriverez au terminal de Guatavita, vous demandez la navette pour la laguna et voilà ! Allez-y le plus tôt possible, le temps peut changer très vite, et à Bogota le temps est souvent au beau le matin pour se gâter l’après midi. Bonne balade !

Laisser un commentaire