Capurgana / Paraiso perdido

Arrivée à l'embarcadère du port de Capurgana en Colombie
Nouveaux arrivant à l'Embarcadère

Capurgana, Le 30 Juillet 2013

ZONE FRONTALIÈRE

Colombia / Panama

Il s’est passé tellement de choses depuis mon arrivée en Colombie, il est si bon de regarder dans le rétroviseur. C’est exactement ce que j’aime dans l’exercice du journal de bord hebdomadaire, mis à part mon plaisir personnel d’écriture : se replonger dans les moments passés permet de les ancrer encore un peu plus dans la mémoire. Se remémorer pour mieux se souvenir plus tard.

Carte de la Colombie et de la frontière avec le Panama
Carte de la Colombie et de la frontière avec le Panama

Bien fatigué par le périple depuis Cartagena, l’arrivée à Capurgana est une bénédiction. L’accueil militaire peut surprendre, on prend nos passeports, on note toutes les arrivées ici, il s’agit en fait d’une simple procédure douanière, zone sensible et frontalière oblige. Capurgana, village collé à la montagne recouverte par la forêt tropicale du Darien, dans le Choco. Le Darien c’est le bouchon de l’Amérique du sud. Une zone de marais et de forêt tropicale située à la frontière entre la Colombie et le Panama. Le Darien reste la seule partie inachevée de la route panamericaine. Autrement dit aucune route ici ne permet de traverser la frontière. C’est une zone historique de turbulences mais je ne m’étendrai pas maintenant sur la question du conflit. N’ayons pas de vision angélique de la question, il y a bien une vie cachée là tout autour, dans la jungle, invisible, violente. Mais la situation en Colombie évolue et les accords de paix n’ont jamais été aussi proches d’aboutir. L’espoir est permis.

Port de Capurgana en Colombie
Le Port de Capurgana

Au village, rien de tout cela, en tous cas en apparence. Aujourd’hui quand on arrive à Capurgana, l’ambiance est à la détente. La population  ? A la louche, je peux me tromper mais je dirais :

  • environ 80% de locaux,
  • 5% d’étrangers installés,
  • 10% de touristes colombiens,
  • 5% de touristes étrangers

Selon les jours et les arrivages de lancha, le village enfle doucement ou se vide complètement de ces visiteurs. Ces derniers jours par exemple on ne croise aucun touriste dans les rues.

Loin de l’attraction que revêt une ville comme Cartagena, le tourisme ici est donc tout sauf un phénomène de masse, pour le moment en tous cas. La réputation de la région (qui tend à évoluer) ajoutée à la relative aventure pour arriver suffit jusqu’à maintenant à rebuter le bidochon moyen.

PETIT PARADIS SUR TERRE

Capurgana

Petit port avec quelques barques, une petite plage avec deux paillotes pour boire ou manger, un tout petit centre avec quelques hostals, quelques restos, quelques commerces, deux tiendas où l’on trouvera le nécessaire pour faire ses courses, évidemment un poissonnier, une panaderia, une place centrale en terre qui se trouve être également le terrain de foot du village, un petit quartier « résidentiel » avec des rues en terre, des enfants, des poules, puis c’est la jungle.

Ici, pas de voitures, pas de routes, pas de distributeurs de billets, pas de banques, pas d’écrans publicitaires, pas de galeries marchandes, pas d’eau potable, pas d’eau chaude, l’électricité coupe tous les soirs et revient dans la matinée, pas d’internet, quelques endroits proposent tout de même un Wifi via le réseau des téléphones portables.

Un pequeñito pueblito. De l’extérieur du village où nous sommes, à la Bohemia, dans l’hostal de Victoria, en passant par le centre et pour aller jusqu’à la plage qui se trouve à l’extrémité la plus lointaine, on doit marcher environ 3 minutes ? Toutes les balades ici se font à pied.

Un paraiso total.

VOIR PLUS DE PHOTOS DE LA COLOMBIE

LA BOHEMIA HOSTAL

Home sweet home

La bohemia hostal à Capurgana en Colombie
La Bohemia Hostal

Notre QG, c’est La Bohemia. L’hostal que notre amie Victoria vient de reprendre. C’est une maison bleue, accrochée à la verdure de la jungle, on y vient à pied, ceux qui vivent là vous accueilleront avec le sourire et vous vous y sentirez chez vous.

Victoria, un jour, a décidé de partir en Colombie et d’y réussir sa vie. Pari tenu. D’abord en devenant le relais pour l’organisation de tournées reggae en Amérique du sud, puis en décidant de reprendre cette hostal quelques années plus tard. Victoria, c’est la volonté faite femme, un feu qui vous brûle et vous emporte avec elle.

Aux portes du Darien, à la lisière du village, La Bohemia tranche avec les autres hostals que vous trouverez à Capurgana. C’est évidemment THE place to be. Tenue par Victoria et son associé Raphaël, que nous ne rencontrerons pas, La Bohemia est une hostal dirigée donc par deux frenchies, ouverte au monde bien sûr mais également en lien avec les habitants du village.

Avec Antoire, Rose et moi même, dans la Team de ceux que l’on pourrait appeler les premiers bohemios, on retrouvera Claire, the most famous european reggae bookeuse from Paris, grande pote de Victoria du temps où elles enflammées les dancefloors parisiens, il y aussi Christine, voluntario de passage partie pour rester plus longtemps que prévu comme la plupart des voyageurs s’arrêtant à Capurgana et Yvan, le local de l’étape.

Yvan a grandit ici, il est parti faire quelques études universitaires pour revenir finalement au village travailler comme pêcheur, conducteur de lancha, serveur de bar, menuisier, guide, toujours prêt à aider n’importe qui n’importe quand.

Villageois aide au port à Capurgana en Colombie
Tout le monde vient aider à beacher la Lancha

Il semblerait qu’ici l’entraide soit une notion qui perdure encore, un principe que l’on peut appliquer aux autres habitants. Sans avoir une vision idéalisée non plus puisqu’ici en Colombie le plus souvent tout travail mérite salaire et l’entraide peut évidemment rimer avec service rendu, pero bueno : quand un bateau arrive, on laisse ce que l’on est en train de faire et on vient aider à l’arrimage ou au déchargement.

VIVA LOS PATACONES !

Gastronomie colombienne

Patacones

Entre repas entre amis à la maison, rhum colombien, et virés au resto nous goûtons différentes spécialités culinaires. Mon coup de coeur : les Patacones… Ah les Patacones ! LE vrai régal de la gastronomie colombienne.

Le Patacón, c’est la banane plantain frite et écrasée en galette. Sur la côte caribéenne, cela vient avec pratiquement tous les plats, un vrai délice. On peut également le servir en apéro, ou en faire un plat à part entière (il est alors de la taille d’une petite pizza) et on y rajoute ce que l’on veut, fromage, guacamole, tomates, poisson, viande… tout est possible.

La version de base se mange traditionnellement avec l’Hogao, la sauce colombienne par excellence à base de tomate d’oignon et de coriandre. Chaque cuisto fait le patacón un peu différemment, il y a les bons et les moins bons, tout un art.

TONNERRE DE BREST

Tropical way

Ici la météo est sans surprise : Chaleur tropicale, beau temps tous les jours et grosse pluie toutes les nuits avec des pics d’orages assez incroyables.

Hier soir par exemple, un orage a mis plusieurs heures à arriver tranquillement, d’abord de la pluie raisonnablement forte, puis dans le ciel nuageux des éclairs comme je n’en avais je crois encore jamais vu. Cela ne venait pas zébrer le ciel comme on a l’habitude. Tout le ciel s’éclairait d’un coup, de manière uniforme, par séries de flash lumineux, comme un stroboscope géant dans le ciel, incessant, ça ne s’arrêtait pas, je veux dire par là qu’il n’y avait jamais plus d ‘une seconde de nuit noire entre deux flash lumineux, et cela pendant des heures…

Puis l’orage lentement s’est rapproché, le vent s’est levé et la pluie a redoubler jusqu’à devenir torrentielle, et le tonnerre s’est joint à la fête lui aussi pour sonoriser de la plus belle manière ce spectacle incroyable, puissant !!

QUOI FAIRE A CAPURGANA ?

Descansar

Tout d’abord vous l’aurez lu dans un précédent article sur Capurgana, il est impensable de séjourner ailleurs qu‘à La Bohemia Hostal. Depuis notre arrivée c’est la décompression totale. Baignade tous les jours, plages paradisiaques, mer turquoise, température de l’eau idéale. L’idée à Capurgana c’est de profiter, de prendre le temps, de ne rien faire, entrer dans un quotidien du repos : jus de fruits, patacones, baignades, soleil, limonade, Aguila, et soirée avec les amis.

VOIR PLUS DE PHOTOS DE LA COLOMBIE

QUOI FAIRE AUTOUR DE CAPURGANA ?

La Miel

Plage paradisiaque de la Miel au Panama
Plage paradisiaque de la Miel au Panama


La Miel se trouve en fait au Panama, particularité locale. C’est à 30 minutes de Capurgana en barque et on change de pays.

On peut passer la journée là bas, au Panama et revenir en Colombie sans encombre tant que l’on ne reste que quelques heures. Pas de formalités douanières, juste présenter son passeport au militaire avec son AK47 qui note votre nom à l’arrivée sur la plage et en repartant vérifie que tout le monde est bien là. Pas de formalités pour les européens en tous cas, cela dit pour les colombiens je pense que ça peut être plus compliqué, à vérifier. Vu la relation Colombie/Panama autour du trafic de drogue, il me semble que les colombiens ne peuvent pas aller au Panama sans visa. Les colombiens ont généralement des problèmes pour voyager partout dans le monde. Ils sont rares les pays qui acceptent un ressortissant colombien sans visa.

Il y fait bon apporter son masque de plongée afin d’admirer les poissons et les coraux très faciles d’accès depuis le rivage.

Sapzurro

Villageois au port de Sapzurro en Colombie
Sous l’arbre, on discute à Sapzurro

Au retour on est passé manger à Sapzurro, concrètement le tout dernier village colombien avant la frontière panaméenne, et donc finalement le tout dernier village d’Amérique du sud avant l’entrée en Amérique centrale.

Ici vous mangez une glace artisanale au lait de coco et au miel à la réputation dépassant largement les frontières du village… succulent ! Vous vous attablez à au restaurant en face de l’embarcadère, on vous sert un pichet d’agua panela con limon (Limonada) bien fraiche, la boisson la plus appréciable à ces latitudes (eau glacée, citron vert et panela) et vous vous prenez un petit poisson grillé, parfait.

Ici l’ambiance est hyper paisible, très peu de monde, très peu de restaurant, très peu de commerces, un simple endroit où se poser et profiter encore une fois de la tranquillité, du paysage, de l’ambiance, de la mer, des gens…

La marchande de glace artisanale, figure du village, viendra forcément vous proposer sa glace au lait de coco, succulente.

El Cielo

Bienvenidos al Cielo Capurgana Colombie

Hier on est parti dans la jungle pour aller se baigner dans des cascades, haut lieu de balade de Capurgana, plus connu sous le nom d’El Cielo où l’on nous accueille avec cette maxime bien sentie de Mae West : Las niñas buenas van al cielo y las malas a toda partes.

La balade est super pour y aller, on traverse la rivière un bon nombre de fois et arrivé là bas l’eau est douce et fraîche. Ne vous attendez pas aux chutes d’Iguazu, mais l’atmosphère de la forêt tropicale est un vrai bonheur par cette chaleur.

Soudain ! Enfin soudain… on se rend compte de la présence d’un Paresseux au sommet d’un arbre… 2 heures plus tard fidèle à sa réputation il aura bougé la tête d’environ 5 cm. Moment magique en tous cas pour le béotien que je suis en matière de mammifères arboricoles.

Dans la même thématique, le retour nous a régalé de la présence de Ouistiti sur le chemin, qui n’ont pas hésité à nous jeter des fruits sur la tronche pour nous signaler qu’on était bien chez eux, et qu’il était temps de passer notre chemin !

La Coquerita

Piscine naturelle de la Coquerita à Capurgana en Colombie
La piscine naturelle de la Coquerita

La Coquerita, c’est cool.
La balade pour y aller est cool.
Le lieu est cool.
Les bassins d’eau douce sont cool.
La piscine naturelle d’eau de mer est cool.
Les vagues dans la tronche c’est cool.
La vue, elle est cool.
Les hamacs sont cool.
Les patrons sont cool.
Et los patacones n’en parlons pas.
En y allant on croise des bernard-l’hermitte,
Mais aussi des grenouilles venimeuses.
Vive la Coquerita !

DIVING A CAPURGANA

Le pied !

Le dernier jour à Capurgana sera marqué par mon baptême de plongée sous marine. Et je suis bien content d’avoir sauté dans le bain. En compagnie de Claire, tous les deux complètement novices en la matière, nous en avons pris plein les mirettes.

Ce fut une expérience mémorable, sur la barrière de corail au large de la plage de Capurgana, juste aux abords de cette île déserte, caillou paradisiaque qui nargue le baigneur, mais qui semble inaccessible tant les courants marins sont puissant et rebutent le meilleur nageur à s’aventurer loin de la côte. La plongée c’est le pied.

Sachez qu’il est possible là bas de passer ses brevets PADI et que les prix sont très accessibles, ce qui est plutôt très appréciable !

Les 10 jours là bas se sont terminés comme ils ont commencé, en beauté, en plaisir, en profitant au maximum du soleil, de la mer, de la jungle et des amis. De balades en forêt, en coins de baignades toujours plus beau les uns que les autres, de repas au pueblito en réunion familiale à la casa Bohemia, le vrai bonheur.

Il est temps de faire route vers Medellin puis Salento.

HASTA SIEMPRE CAPURGANA !

Charette sur un chemin à Capurgana en Colombie

Pour le côté Colombie Pratique c’est par là.

Des remarques ?

N'hésitez pas à poster vos commentaires !

4 Commentaires

  • Une autre destination dans le même style mais plus isolée : la région de Bahia Solano dans le Choco à 40 petites minutes d’avion de Medellin. Un voyage pittoresque qui vous conduira dans la forêt la plus humide de la planète où vivent difficilement des indigènes Embera. Nous, on a décidé de les aider. Si vous voulez nous rejoindre, on vous attend ! http://www.aderev.org

    • Bonjour Mireille, merci pour ce message et bravo pour cette belle initiative auprès des indigènes Embera. Il y a en Colombie, à travers le pays, beaucoup à faire auprès des communautés indigènes.

    • Salut ! Pour aller jusqu’à Capurgana, c’est long mais pas si compliqué : Il faut se rendre à Monteria (il y a des vols qui desservent la ville), ensuite il faut se rendre à la gare routière pour prendre un Bus direction Necocli. (2h30) Ensuite il faudra passer la nuit sur place pour prendre un bateau le lendemain matin pour Capurgana. (1h30). Je conseillerais dans un très prochain article d’en profiter pour rester quelques jours à Necocli et découvrir une destination très peu prisée des touristes. En tous cas voilà pour Capurgana ! Là-bas, je conseille toujours d’aller dormir chez ma pote Victoria à La Bohemia Hostal. Et faites lui un petit coucou de ma part ! 😉

Laisser un commentaire