Tongyeong / Ondol, Marché & Randonnée

Port de Tongyeong Coree du sud
Port de Tongyeong

Tongyeong / 2011 /

Après le travail, viennent les vacances. Partir au bout du monde pour faire de la musique c’est top. En profiter pour visiter du pays par ses propres moyens c’est encore mieux ! Prévues de longue date, mais absolument pas préparés, les vacances se conjuguent en groupe puisque avec l’équipe du Trio d’en bas nous avons décidé de profiter d’une semaine libre ensemble.

DÉCOUVRIR TONGYEONG

Et dormir à la coréenne pour la première fois

Sur les conseils de MinSun, notre parfaite hôtesse qui nous accueillait lors de nos concerts au Jarasum Jazz Festival, nous avons décidé de descendre dans le sud, à Tongyeong, ville portuaire, entourée d’îles et d’eau. Les parents d’une amie à elle louent des appartements pas cher, 50000 won/jour, environs 40 euros, typiquement coréen ! Ravis d’avoir une expérience différente de ce que nous avons vécu jusque là et n’ayant donc rien préparé, nous partons les yeux fermés, sans vraiment savoir où nous allons. Cela nous avait grandement réussi à Hong Kong

Nous embarquons pour 4h de bus express plutôt super confort pour une traversée du pays dans son entier, du Nord au Sud. Les paysages défilent curieusement monotones, rizières et petit monts verdoyant et puis des rizières, et puis des petits monts verdoyant aussi et puis des rizières avec des monts verdoyants.

Nous arrivons finalement à Tongyeong. Le couple de propriétaire des lieux, accueillant, nous attend à la gare de bus et nous amène en voiture jusqu’aux appartements. Nous traversons une ville relativement grande pour nous rendre vers un quartier plutôt terne, en périphérie de la ville, sur les hauteurs.

Nous découvrons les appartements, un digicode à l’entrée du petit immeuble et un digicode pour rentrer dans chaque appartement, les lieux sont spartiates : dans la cuisine une table, 4 chaises, une poêle et une casserole, ailleurs pas de meubles, pas de lits, juste des couverture pour dormir à même le sol, à la Coréenne, dépaysement ! Evidemment nous n’avions pu nous empêcher de nous projeter sur un imaginaire de ce que pourrait être un village portuaire et une maison à la coréenne : il est bon d’éviter de trop se projeter.

Dans ces conditions il nous a été difficile d’apprécier les bienfaits du sommeil à la coréenne : sur un sol chauffant traditionnel appelé l’ondol, on étale une couverture plus ou moins épaisse appelée le Yo. Autant dire que cela revient peu ou pro à dormir à même le sol, avis aux amateurs. Dans la Corée ancienne, le sol chauffant était alimenté au feu de bois et il était donc naturel l’hiver d’aller chercher l’endroit où il faisait le plus chaud et de dormir à même le sol. Même si une majorité des coréens ont abandonné cette tradition, il existe encore une grande partie de la population qui utilise encore l’ondol pour chauffer la maison et le yo pour dormir. Après une nuit plutôt courte, une nouvelle journée commence, il ne faut pas se relâcher : nous partons en randonnée !

RANDONNÉE À TONGYEONG

Prévoyez du matériel !

Archipel Tongyeong Coree du sud
Archipel Tongyeong

L’intérêt annoncé de Tongyeong et de l’appart où nous logeons est que nous pouvons partir marcher en montagne. « Montagne » est un bien grand mot car dans le coin ça grimpe à 400m environ. Nous constatons que les coréens sont suréquipés en matériel de randonnée et qu’ils arborent tous le dernier cri des matières textiles goretex, chaussures, pantalon, vestes, on y rajoute les bâtons de rando + les gants + souvent des casquettes à visières géantes pour les femmes. En gros l’équipement idéal pour partir en haute montagne. Mis à part la casquette à visière géante.

Sachant que la montée peut se faire en claquette, que le premier 1/4 d’heure de la montée se fait sur une allée en béton, qu’il faut 1h pour monter a sommet, il semblerait qu’il y ait une petite disproportion matériel/conditions ! Nous avons même vu des personnes porter des masques avec le nez amovible pour quand même ne pas mourir étouffé. Attention je ne juge pas ! Dépaysant, oui je le dis ! Nous arrivons vite au sommet avec notre récompense du jour : un panorama magnifique sur les îles environnantes. Bon, c’est décidé, nous passerons une nuit de plus à l’appart et puis zou ! Direction les îles. Cela avait été un succès à Hong Kong.

NO BOAT, NO HOTEL !

Typhoon ?

Port de Tongyeong Coree du sud
Port de Tongyeong

En redescendant de la montagne, nous passons à l’office du tourisme, en fait une succursale, petite bicoque sur le port de Tongyeong et nous nous confrontons pour la première fois (ce ne sera pas la dernière) à la Corée qui ne parle pas l’anglais, ou très peu, ou très mal. Après avoir tenté de faire comprendre notre souhait d’aller dormir sur une île, nous comprenons que c’est impossible car demain « No boat, no Hotel ! »… Alors nous répondons « Typhoon ? »… L’auto-persuasion dans ses plus grandes oeuvres nous amène à laisser tomber pensant que nous étions maudit et que le Typhon nous poursuivrait, qu’importe le chemin… Le doute nous habitait tout de même vu la météo au beau fixe depuis notre arrivée en Corée. Prenant notre mal en patience, nous profitons de l’occasion d’avoir quelqu’un à qui parler pour demander si il existait des bains publics à proximité et la chance nous sourit ! J’ai d’ailleurs écris un article spécifique au sujet des bains publics, véritable institution en Corée du Sud.

Dans la matinée du lendemain, nous allons faire un tour au marché local, ce sont souvent mes moments préférés, notamment pour faire des photos, la vie y afflue en concentrée, les odeurs, les regards, les sons, tout est vivant et toujours un peu plus bordélique que ce que nous pouvons ressentir par ailleurs. J’aime les marchés.

A peine le temps de dire ouf ! Point de Typhon à l’horizon alors Vamos ! Direction l’île d’Hansando !

Et vous, avez-vous déjà expérimenté des façons de dormir différentes ?

 

[aesop_map sticky= »off »]

Laisser un commentaire