Colombie, Ma lettre d’amour

Vallée del Cocora, Salento, Colombie

Lettre d’amour à la Colombie / 2013 /

Tout d’abord je vous conseille vivement de lire les différents articles du blog de voyage sur la Colombie. Et pour avoir plus d’images dans la tête vous pouvez aller voir les photos réalisées là bas par mon ami Antoine et moi même.

J’ai envie, ici, d’essayer d’exprimer ce qui a fait que ce voyage, ce pays, a été un véritable coup de coeur pour moi, faaaaar away, leeeeejos, très très loin des clichés entretenus en France, en Europe et sûrement partout dans le monde sur la Colombie.

Evidemment, mon idée n’est pas d’occulter la situation du pays, vous imaginez bien que tout n’est pas rose en Colombie, c’est même ce que la plupart des gens connaissent du pays : la guerre civile et le narcotrafic. On peut si vous voulez y rajouter la corruption, la main mise des multinationales sur l’économie, la place des minorités indigènes, les enjeux environnementaux etc.

Mais c’est simplement le désir de parler du positif, de ce qui a participé à me faire tomber amoureux de ce pays, qui me pousse ici à écrire ma lettre d’amour à la Colombie.

Paysage du Quindio
Paysage du Quindio

Fini les hésitations : Partez en Colombie, les yeux fermés. On retrouve des paysages et des gens magnifiques partout sur ce continent sud américain. Pourtant la Colombie occupe pour moi une place particulière.

Ici le temps s’étale, se distant, ici le temps passe comme chacun le veut bien, maintenant sera demain, hier peut être aujourd’hui, 5 minutes peuvent durer des heures et les imprévus sont une routine du quotidien qui permet de rencontrer le temps hors-temps, celui qui mène, si l’on veut bien s’y laisser prendre, vers l’essence même du voyage, la surprise, la découverte, la contemplation.

Mer des caraïbes à Capurgana, Colombie
Mer de Caraïbe en Colombie

Des plages rêvées, des forêts amazones, des montagnes majestées, un pacifique océan, une mer caribéenne, de simples villages, des villes d’histoire et des vestiges précolombiennes, un présent, culturel, vivant, et des couleurs, des couleurs, des couleurs…

Si admirer les plus beaux orages tropicaux de ta vie, si compter le nombre de nuances de bleu que tu peux trouver dans la mer, si tomber nez à nez avec des animaux sauvages dans la forêt, voir de tous côtés des fleurs, des plantes et des arbres incroyables, si savoir que la Colombie réunit en un même endroit sur terre le plus grand nombre d’espèces différentes de faune et de flore au monde, si démarrer une randonnée dans une forêt tropicale pour la terminer à 4000m dans des eaux thermales au pied d’un volcan enneigé et si un vol de lucioles zébrant le ciel de la nuit comme des centaines d’étoiles filantes, ne vous fait aucun effet : n’y allez pas !

Baie de Café
Baie de Café

Et puis la Colombie ce sont des assiettes gigantesques qui mélangent les saveurs, selon les régions les spécialités locales surprennent les papilles : Sancocho, Bandeja paisa, Patacones, Soupes, Poissons… Vous aurez largement de quoi vous régaler.

Les fruits sont una locura, comme dans beaucoup de pays tropicaux, les jus naturels sont à tous moments de la journée une bénédiction. Passés les fruits tropicaux que nous connaissons, il y a une quantité de fruits dont je ne soupçonnais pas l’existence : Curuba, Guanabana, Lulo, Zapote, Borojo… et tant d’autres que j’ai été incapable de mémoriser.

Evidemment il est impossible de parler de la Colombie sans évoquer son patrimoine numéro un, le produit phare du pays, la fierté nationale, un trésor d’une qualité exceptionnelle dont il vous faudra absolument ramener un échantillon : LE CAFÉ.

Et comment ne pas évoquer l’agua panela : froide, chaude, avec du citron, limonada ou non… de l’eau et du sucre de canne. Quand tu es la Caraïbe, que tu arrives par 40° dans un petit restaurant en bord de plage et que directement sans rien te demander, on te sert une limonada ultra fraîche, GRACIAS ! Quand tu es à 4000m d’altitude dans les Andes, que tu arrives harassé au refuge et que sans rien te demander on te donne une eau chaude à la Panela, GRACIAAAS !! Voir l’article sur Los Nevados

Los Nevados Colombie
Los Nevados (Photo A.Tremoulet)

La Colombie c’est de la musique partout. Tout le temps, n’importe où, à n’importe quelle heure, n’importe qui, le jeune, le vieux, le riche, le pauvre, le commerçant, le conducteur de bus, de taxi, de camion, la caissière, tout le monde est musique.  C’est un rapport joyeux, simple.

On a un magasin, on met une K7, on sort les enceintes dans la rue et on met le son à fond, c’est comme ça (Ex: à Turbo). On fait une sieste dans son hamac dans un petit hameau perdu au milieu de la forêt tropicale on met une K7 de Cumbia, on inonde de son la forêt alentour et on dort. On conduit un bus sur des Km de routes plus ou moins bitumées, on met une K7 de Salsa et on chante les paroles des chansons. On tient la caisse d’une supérette, on écoute la radio tropicale locale et on chante en servant le client.

Et la musique ne peut pas aller sans la danse : ça bouge partout, les corps, les garçons, les filles et ce rapport au mouvement transforme les corps, les rapports, le rythme de la vie.

Lac de Guatape Medellin Colombie
Lac de Guatape (Photo A.Tremoulet)

 

La Colombie c’est la trace de présences humaines remontant à 20 000 ans av JC. et différentes civilisations précolombiennes  qui se succédent avant l’arrivée des colons espagnols : Tierradentro, Tayronas, Muiscas, Quimbayas, Zenús, Tolima, Calima, Nariño, Tumacopuis c’est le rêve bolivariste, l’indépendance de l’Amérique latine, ce sera plus tard le rêve marxiste de libération des terres aux paysans et puis tant bien que mal, la construction d’une société issue de toute cette histoire. La Colombie c’est aussi ça, une histoire de civilisations, de révolutions, un foisonnement, une histoire sociale, culturelle, politique.

Et n’oublions pas que c’est le pays de Fernando Botero et de Gabriel Garcia Marquez, Gabo, prix Nobel de littérature, chantre du mouvement du Realismo Magico, et quand vous mettez les pieds en Colombie vous comprenez comment on a pu écrire Cent ans de solitude. J’ai vu Melquiades dans les rues de Cartagena ! Il vendait tout un fatras de choses utiles et inutiles dans une charrette à bras.

La Colombie est réalisme magique dit la pub, et bien je reprends l’idée à mon compte en ce sens que la réalité, le quotidien, la vie peut y être dure et difficile mais que quelque chose de lumineux et d’indicible vous emporte malgré tout, comme par magie, comme dans un livre de Gabo.

Jeunes heureux sur une lancha à Capurgana en Colombie
La jeunesse de Capurgana (Photo A.Tremoulet)

La colombie c’est toute la complexité et toute la richesse d’une population métissée, blanc, noir, indiens, qui vous sourient, qui éclatent de rire, qui taquinent, qui jouent, qui charment, un soleil dans les cœurs et nous, toute cette joie nous explose à la gueule.

Maudits français aux effusions timides ! Non, ici on se sourit, on se parle, on se dit Bonjour de 40 manière différentes, Que tal ? Como estas ? Como te va ? Que mas ? Como andas ? Que hubo ? Qiubo ? Quiuuuu ? En que andas ? Alors on prend le pli, on salue dans la rue, on sourit et on se charge d’énergie pour quelques temps.

Il y a là encore un rapport direct, franc, simple. Evidemment cela peut paraître vite dit, mais si l’on parle de sensation, de comment on ressent un pays, alors oui, on est bien.

Cavaliers au coeur de la zona cafetera à Salento en Colombie
Cavaliers à Salento (Photo A.Tremoulet)

Que piensas de Colombia ? Que penses-tu de la Colombie ? Pour peu que vous répondiez que vous adorez leur pays les colombiens vous adoptent et la conversation s’entame sous les meilleurs hospices. Pour finir, on vous remerciera d’aimer la Colombie, on vous remerciera d’être là, on vous remerciera de montrer que ce pays est beau et qu’il ne faut pas en avoir peur et on vous demandera de le dire, de le crier partout où vous allez, autour de vous, pour qu’on arrête enfin de parler de Colombie à travers ces éternelles stéréotypes insupportables.

En Colombie, on se parle, on se parle bien, avec chaleur et avec respect. Certains diront que cela cache quelque chose et que trop de politesse tue la politesse. Pero buenopor favor… en arrivant de par chez nous, ça fait juste du bien, ça créé du rapport entre les gens, même si il est feint, on ne se sent pas dans une société de l’indifférence comme en France. On dit merci, on dit bonjour, on dit comment ça va, on dit à votre service, on dit je vous en prie, on dit avec le plus grand des plaisirs, et puis on dit passe une bonne après midi, une bonne soirée, un bon voyage, n’importe quoi pourvu que tu le passes bien, que ta nuit soit belle, que tout se passe bien, que tu te reposes, que tu profites, Que le vaya muy bien !! et surtout que vuelvan : Revenez, reviens, reviens vite nous voir.

Alors la Colombie c’est ça :
Un sourire et l’envie de le retrouver vite.

Me viennent alors les paroles d’une chanson de Bashung :

Désormais je me dore à tes rires,
Je me dore à tes airs, à tous les luminaires, à l’endroit à l’envers,
À LA CHALEUR HUMAINE

Mur de Couleur à Cartagena en Colombie
Couleurs de Cartagena

Pour aller plus loin, je vous suggère d’aller découvrir Les plus beaux paysages colombiens par d’autres amoureux de ce beau pays que sont Seb et Laura du blog Les Globe Blogueurs.

Plus d'infos pratiques ?

Cliquez ici !

12 Commentaires

  • Buenos y bonitos comentarios sobre mi pais,al fin se comienza hablar cada vez mejor de nuestra tierrita,me gusta y mas aun viniendo de un frances, gracias conpatriota o coterraneo como prefiera

  • J’ai presque deux ans de retard mais je confirme tout ce qui est dit dans cet article !
    La Colombie, c’est un pays chaleureux avec des gens formidables. Je viens d’y vivre 3 mois et je n’ai fait que des rencontres intéressantes avec des gens qui adorent leur pays ! Viva Colombia !!

    • Merci Rémi ! Comme tu le sais si tu y a vécu, tout n’est pas rose en Colombie, bien au contraire, mais il est malgré tout impossible d’en repartir autrement qu’amoureux !

  • Où etiez vous en Colombie? J’arrive possiblement en juillet à Barranquilla pour un an. Mais crainte est toute bête mais je suis blonde, teint fade et aux yeux bleus et j’ai peur qu’il y ai écrit touriste sur mon front pour 12 mois…. C’est idiot mais qu’en dites vous?

    • Bonjour Lucy, comme tu peux l’imaginer, je n’ai pas de réponse à te donner à ta question à part le conseil d’assumer, oui bien sûr que tu vas passer pour une touriste, ce que nous sommes quand nous visitons un pays étranger, il n’y a pas de mal à ça et si tu sais te comporter avec respect pour le pays, les gens et les cultures locales, tu seras tout de même vite intégrée, surtout dans un pays comme la Colombie où les gens sont très accueillant et où tu te feras plein d’amis.

  • Cet article est SUPER ! Je suis en echange avec le Rotary en Colombie depuis deja 5 mois … et malgre quelques coups durs que j ai eu car je suis loin de ma famille, c est exactement comme ca que j ai ressenti ce pays ! Merci de me le rappeler en de si belles paroles ! 🙂

Laisser un commentaire