Ode à l’île de La Réunion

farniente sur la plage de l'ermitage voyage ile de la reunion

La Réunion / 2012 /

LA RÉUNION ?

Lé la !

Sur l’île de la Réunion, c’est l’été. Même si c’est l’hiver, c’est l’été. C’est comme le cirque de Mafate. Là bas ça monte, dru, mais en descente. Alors que quand ça descend, ça monte. Tout est inversé ici, comme le vortex dans les lavabos, même si en fait ça aussi c’est une contre vérité.

Ce qui marque le plus en arrivant sur l’île, c’est le paysage : la végétation, le foisonnement de nature, le vert, le bleu, les arbres fruitiers, partout ça déborde : banane, papaye, passion, goyave, goyavier, ananas, coco, mangue, avocats, grenade, litchi…

panorama sur les montagnes voyage ile de la reunion

Et puis à la Réunion, il y a les montagnes, abruptes, comme un rempart infranchissable fracassé régulièrement par d’immenses entailles comme découpées au sabre : les Ravines. Creusées par les rivières venant des Hauts jusqu’à la mer, les ravines sculptent le paysage réunionnais de leur impressionnantes dimensions et invitent à la rêverie avec leurs noms improbables. Derrière on ne devine rien de ce que l’île nous réserve. Rien ne peut vous préparer aux paysages fabuleux qui viendront vous brûler la rétine une fois entrés dans les cirques ou à l’approche des volcans…

au soleil de la plage de l'ermitage voyage sur ile de la reunion

Et puis il y a l’océan, bleu parfait, sa puissance, mais aussi ses lagons, havres de paix dessinés par les coraux, paradis du petit nageur qui peut s’en mettre plein les mirettes. C’est dans ces lagons et dans les piscines naturelles que l’on viendra se baigner. Si l’on voulait s’aventurer un peu plus avant dans un océan qui ne rigole pas, il vaudrait mieux ne pas jouer les fiers à bras. Un seul conseil : renseignez-vous, informez-vous, équipez-vous. Cela dit les dangers de l’océan à la Réunion ne méritent pas de paranoïa excessive et il serait vraiment dommage de se priver de la douceur d’une baignade.

visite de la route des volcans Piton de la fournaise voyage ile de la reunion

Et puis il y a la côte sauvage, la côte Est de l’île de la Réunion et ses bassins d’eau douce, et sa route aux coulées de laves encore fumantes qui viennent se jeter dans l’océan. Un spectacle ahurissant jusqu’à la douce folle du Cap Méchant, noir de roche, vert d’une herbe douce, aux arbres battus les vents.

POÉSIE DE LA RÉUNION

Des images plein les mots

Si il y a bien une poésie réunionnaise, marquée par le Fonker dont je parle dans mon article sur la musique réunionnaise, il y a également un vocabulaire poétique spécifique à l’île. Sans parler du créole, langue bien vivante sur l’île, tous les noms ici ont une saveur Rényon.

Il y a ce que l’on appelle les Hauts qui occupent la plus grande partie de l’île. Habités par une population rurale et plus pauvre que sur la côte, reste d’une histoire trouble qui a vu l’esclavage sévir sur l’île. Les hauts ont été d’abord habités par ceux que l’on appelait les marrons et qui avaient réussi à fuir leur condition d’esclaves. Aujourd’hui l’île est habitée jusqu’au plus profond des cirques dans des endroits où seul un hélicoptère peut venir ravitailler les habitants.

La Réunion est une terre de mélange et de métissage, on nomme les communautés selon leurs origines supposées : Il y a les Yabs ou Petits Blancs des hauts, créoles pauvres descendants des colons, les Gros Blancs issus des familles riches de colons, il y a les Malbars (Inde), les Zarabes (Inde musulmans), les Chinois, les Cafres (descendants d’esclaves, africains) et bien sûr, toi, moi, vous, touristes, métropolitains, plus ou moins bien perçus : les Zoreys.

Qui dit mixité des populations dit mixité des religions : Sur ce sujet parallèle, vous aurez d’autres infos en allant faire un tour sur l’article de Virginie du blog Taste of my life.

Soleil Près de St Philippe voyage ile de la reunion

Il y a les Ravines, le terme générique pour les torrents qui creusent ces vallées vertigineuses. Il y en a sur toute l’île qui descendent vers la ville avec chacun leur petit nom : Ravine des cabris, Ravine 3 bassins, Ravine à malheur, Ravine des marsouins, Ravine des patates à Durand, Ravine des pluies

Il y a le Tampon, Dos d’ânel’Entre-deux, les 400, Ligne des bambous, la Possession, Petite île… autant de villages aux noms savoureusement poétiques mais finalement souvent très prosaïque, topographique. En totale opposition, toutes les grandes villes de la côte tirent leur nom d’un « saint quelque chose » beaucoup  moins inspirant.

Et puis il y a les monuments nationaux de la Réunion, les cirques de MafateCilaosSalazie, les volcans Piton des neiges, Piton de la fournaise…

Et puis la Plaine des Cafres, la Plaine des palmistes et le terrible Cap Méchant !

Océan au cap méchant voyage ile de la reunion

Et puis la Réunion, c’est de la musique, et une vie culturelle dont je parle dans cet article à lire également. Et j’en oublie, et j’en oublie, et je m’enivre de ces mots doux à mes oreilles et qui en écrivant ces lignes me ramènent des odeurs, des sons et des souvenirs plein la peau.

Pour plus d’infos sur l’île de La Réunion, un peu de lecture ?

Sur son blog Vio’ Vadrouille, Violaine nous donne ses coups de coeurs réunionnais. Pour faire une balade dans les airs, c’est sur le blog de Madame Oreille que ça se passe, Aurélie a eu la chance de photographier La Réunion vue du ciel. [/dropshadowbox]

Qu'est-ce qui vous fait aimer La Réunion ?

Dites-le en commentaire !

15 Commentaires

Laisser un commentaire