Séoul et les Aléas du voyage

Coréens au restaurant à Seoul Aléas du voyage
Coréens au restaurant à Seoul

Séoul / 2011 /

SEOUL

Jamais sans les aléas du voyage

Femme en habit traditionnel Peinture murale Seoul Coree du sud
Peinture murale Séoul

Annyong Haseyo !! Bien le bonjour en Coréen. Après ces quelques jours au Jarasum Jazz Festival dont je vous parlais dans cet article, c’est le départ pour Séoul, tout s’enchaine, tout cela s’avère très intense, pas le temps de s’ennuyer ! Nous allons dans la capitale coréenne pour jouer au Jazz Club Evans, club réputé de la ville.

Nous faisons la route avec Hiro, un guitariste japonnais programmé également sur le festival, très sympa. Nous échangerons avec lui pendant le repas sur le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima. Hiro s’avère être totalement anti-nucléaire (on le serait à moins). Il nous montre des photos prise lors d’un concert de soutien aux victimes qu’il a donné 3 mois après la catastrophe. Les photos montrent un paysage de désolation totale, un paysage d’apocalypse. L’ampleur du désastre est inimaginable depuis notre petit fauteuil, il n’y a pas de mots.

Et l’on se demande quand l’homme va t’il arrêter sa fuite en avant ? Quand va t’il enfin poser ses valises, lever son nez de son nombril et regarder autour de lui, par dessus les buildings et les autoroutes, par dessus les champs d’OGM et les centrales nucléaires, par dessus les salles de marchés et les navires pétroliers, voir loin, voir la Terre et s’assoir.

Nous passons une belle et riche soirée en compagnie de Hiro. Voilà comment les voyages et les rencontres nous enrichissent.

Pour revenir à la tournée du Trio d’en bas, le Festival Jarasum nous avait annoncé, alors que nous étions à Hong Kong quelques jours avant notre arrivé en Corée, que nous avions un concert supplémentaire au Jazz Club Evans à Séoul. Arrive l’heure du rdv pour aller au club et Hiro, que l’on avait invité à venir nous voir le soir même, nous montre un mail qu’il vient de recevoir de MinSun notre accompagnatrice : L’organisation s’est mal entendu avec le club et n’avait pas compris que c’était un changement de date qui était proposé. On ne joue pas 2 fois, mais bien qu’une et surtout pas ce soir !

Voilà les aléas du voyage qui continuent. Comme toujours les imprévus amènent souvent de bonnes choses : nous passons une petite soirée en ville, avec François Lusteau, le chargé culture de l’Institut Français de Corée. Une petite ballade dans le quartier « arty » de Séoul et une petite bouffe dans un super resto, cuisine traditionnelle et populaire : Grande gamelle remplies de choses improbables et indescriptibles, comme une grande pochette surprise culinaire ou chaque mets viendra surprendre le précédent, plutôt tourné vers les fruits de mers et le poisson, excellent ! Pour finir la soirée, nous sommes retournés au club pour voir le concert du soir, qui donc n’était pas le notre. Le club est très chouette, l’ambiance super, c’était plein de monde, belle écoute, ça promet pour demain.

SURPRISES SURPRISES

Aléas du voyage BIS !

Le lendemain nous nous sommes donnés rdv en fin d’après-midi pour les balances au club. C’est donc l’occasion de visiter un peu Séoul dans la journée : les uns vont se voir pourrir leur journée par une bonne blague de l’hôtel, les autres profiter d’une balade en ville pour shoppinguer tout en rentrant bredouille. Je m’explique ? En même temps ce sont ces petits détails croustillant qui font le sel du voyage…

Une partie de la team décide de se lever tôt pour aller dans le centre ville de Séoul, découvrir les splendeurs annoncées du quartier historique. A peine arrivés à la réception de l’hôtel, nos hôtes leur annoncent (vous avez compris que je ne faisais pas parti du groupe des lève-tôt) que nous devons quitter nos chambres avant midi, la nuit supplémentaire n’est pas prévue à leur connaissance. Après explication, tentant de prouver par A+B que ce n’est pas possible et qu’il y a un malentendu, rien de change !

La Team des lèves tôt ne se démonte pas et part en ville tout en ayant demandé à la réception de contacter l’organisation du festival de Jarasum, censés avoir payés les chambres pour nous. Mes camarades vont tout de même passer à l’ambassade de France pour demander de l’aide sur place afin de faire un nouvel intermédiaire en négociation mais l’hôtel campe sur sa position, il faut libérer les chambres avant midi… (je suis toujours en dehors du coup, complètement innocent face à l’ampleur du désastre qui s’annonce)… Les potes décident donc de rentrer en urgence à l’hôtel pour faire les bagages.

La chute : Arrivés à l’hôtel, la réception leur annonce que tout est rentré dans l’ordre et qu’il n’y a plus de problème… Alors ça les a cuit sur place les potes… Et du coup ils n’ont plus eu le courage de ressortir. Pendant ce temps, je partais me balader en ville et n’apprendrai l’histoire que le soir en me rendant au club pour les balances.

VOIR PLUS DE PHOTOS DE COREE DU SUD

JAZZ CLUB EVANS

3ème concert du Trio d’en bas en Asie

Pour aller au club on prend le taxi, le moyen le moins cher pour circuler sur de courtes distances en Corée. Le taxi marche à la distance, et non pas au temps, donc quand on rempli un taxi à 3 ou 4, on s’en sort la plupart du temps pour 1 ou 2 euros chacun…

Le Jazz Club Evans est un endroit chouette, cosi, bien équipé, un piano à queue m’attend dans un coin, le gars qui nous accueille connait son métier et nous offre un coup à boire ce qui même en France devient rare… le public arrive doucement, l’ambiance monte et le concert peut démarrer vers 21h.

Petite scène, le public proche, une super écoute, 2h de concerts possible, les conditions idéales pour s’éclater avec le Trio d’en bas ! Et c’est bien ce que nous allons faire, oui ! Après les concerts éclairs de 3/4h en plein air lors du festival, ça requinque, ça réveille, ça nous fait jouer différemment, ça libère, ça s’aventure, ça ose plus et ça s’amuse d’avantage, c’est bien.

Jazz Club Evans Seoul Coree du Sud
Trio d’en bas à Séoul

A la fin du concert, le club se vide en 2 minutes, sensation étonnante. Partout on verrait des gens trainer après le concert, boire un coup, discuter un peu, profiter d’être ensemble. Là tout le monde s’en va aussitôt le concert terminé. Il n’est pourtant pas si tard que ça. Il y a tant de choses qui nous échappent ici, de part la barrière de la langue et la non connaissance de la culture, des us, des coutumes etc.

SEOUL EN VRAC

Bains, Restaurants & Palais Changdeokgung

Avant de partir pour Taipei, en rentrant de notre semaine de vacances dans le sud nous avons fait une dernière halte à Séoul. Le temps d’un restaurant de grillade recommandé par François de l’IF. Du 100% FAT, bien gras comme jamais ! Pour ceux qui connaissent, vous voyez les grattons de canards ? Et bien vous remplacez le canard par du cochon, vous augmentez la taille du gratton à la taille d’un bon steak de 300gr et voilà, vous y êtes !

Après une nuit au Jjimjilbang, les bains publics coréens, le lendemain, nous avons erré dans les rues de Séoul, fait un peu de shopping et visité le Palais Changdeokgung avec son magnifique jardin secret fermé au public à parti de 16h car les visites à 16h sont terminées et qu’on ne peut pas visiter le jardin sans payer pour une visite guidée alors que nous tout ce qu’on voulait c’était voir ce jardin, on était venu exprès et on voulait se poser un peu tranquille et du coup on est rentré dans le palais et y’avait pratiquement pas d’herbe là dedans, un petit coin sous les arbres et en fait on pouvait même pas y rester se poser les fesses, interdit, alors on s’est posé au café du Palais… et puis on est parti. Cela dit, impressionnant palais en plein centre de Séoul.

Pour finir, je tiens à féliciter la Corée du Sud pour son climat 100% ensoleillé lors de notre séjour, pas une seule goute de pluie ! Et puis voilà, c’est le départ pour Taipei à Taiwan. Fini la Corée. Fini la semaine de vadrouille.

Et vous, avez-vous déjà vécu les petits stress d’organisation dans vos voyages ?

2 Commentaires

Laisser un commentaire